Nos trucs pour ne plus être malheureuse en amour

Nos trucs pour ne plus être malheureuse en amour
Nous avons toutes connues un jour ou l’autre des enchaînements d’échecs sentimentaux, des sortes de « soufflés de l’amour », qui aussitôt montés, s’écroulent lamentablement alors qu’on croyait que cette fois, « c’était le bon ». Poisse ou malédiction, certaines en viennent à désespérer de connaître une histoire digne de ce nom. Love Intelligence est là pour vous rassurer, toutes : les échecs sentimentaux n’ont rien à voir avec la malchance et surtout, rien n’est définitivement écrit ! Il suffit de repartir sur de bonnes bases, de prendre les choses en mains, pour savoir comment être heureuse en amour.

.

S’attacher à un homme qui pourra vous aimer.

« Qui pourra vous aimer » : non pas parce que vous lui plairez ou non, mais tout simplement parce qu’il sera disponible. Adieu les hommes déjà engagés, épris d’une autre ou bien qui se montre totalement indifférents. Quels que soient les efforts que vous déploierez, dans une grande majorité des cas, aucun de ceux-là ne tombera raide dingue de vous du jour au lendemain, ou bien au prix de complications qui ne gagent rien de bon ! Sachez ouvrir votre cœur à ceux qui sont en mesure de vous apporter leur amour en toute liberté.

Cultiver les affinités.

Si vous n’avez retenu de vos cours de physique du collège que la règle des « contraires » qui s’attirent, en amour, c’est un poncif qui ne tient aucun cas de la véritable émotionnelle ou intellectuelle. Evidemment, il est indispensable d’avoir suffisamment de points sur lesquels on s’entend pour construire, sans quoi les chances que la relation puisse s’installer dans la durée s’amenuisent considérablement. De même, vos divergences de fond (politiques, culturelles) doivent être minimes ou en tous cas pas bloquantes : si les différences enrichissent, de trop grands différends entraîneront forcément des conflits répétés néfastes au bien-être du couple.

Faire tout son possible pour connaître l’autre et non l’imaginer comme on le souhaiterait.

Connaître quelqu’un en profondeur demande du temps. Au moment de la rencontre, ce qu’on perçoit comme « magique » est ce sentiment d’évidence qui tient en partie à l’idéalisation de l’autre : « parce que c’était lui, parce que c’était moi ». Cela favorise la naissance les sentiments mais ne doit durer qu’un temps. Ne vous aveuglez pas sur la vraie nature de votre partenaire : c’est ce qu’il EST et non ce que l’on VOUDRAIT QU’IL SOIT qui fait qu’une histoire d’amour fonctionne sur le long terme.

Etre clairvoyante et déterminée.

A trop vouloir « rencontrer quelqu’un », on en oublie parfois de se fixer un objectif essentiel : savoir ce que l’on attend de l’autre et de la relation. Simple distraction ou engagement durable ? N’hésitez pas à prendre le temps d’analyser ce que l’autre a à vous offrir et si cela correspond à vos attentes avant de vous lancer. Mentir (à soi comme à l’autre) sur ce qu’on veut et sur la personne que l’on est vraiment au début d’une histoire dans le but de plaire ne vous mènera à rien de bon. En revanche, être lucide, dès le début, vous évitera d’être déçue : parce que vous n’aurez pas attendu de l’autre quelque chose qu’il ne pouvait vous apporter, vous n’aurez pas le sentiment qu’il n’a pas été à la hauteur de vos attentes. De la même façon, il n’attendra pas de vous ce que vous ne pouvez pas lui offrir. .



Ne perdez pas de vue son histoire passée.

Certaines personnes ont des antécédents amoureux peu avouables : infidélité, trahison, manipulation, à plus forte raison une femme avertie en vaut deux ! Si vous faites le choix de vous lancer dans cette relation en toute connaissance de cause, sachez réagir de façon adaptée si le comportement de l’autre vous déplaît.

Surtout ne présumez pas trop de votre force de persuasion ou d’affection : s’il s’est mal comporté avec d’autres, il est tout à fait susceptible de recommencer avec vous. Peut-être pas dans les mêmes circonstances, ni au même degré, mais vous saurez qu’il en est capable…

Cultiver l’équilibre de la relation.

Une relation ne peut être maintenue dans la durée que si elle se construit sur un pied d’égalité. S’il est essentiel d’aimer l’autre autant que soi-même, l’homme avec qui vous partagez votre vie ne vous est pas supérieur, vous aimer ne lui donne pas tous les droits sur vous. Trop admirer ou aller dans son sens ne sont pas des preuves d’amour. Chacun a des qualités à mettre en avant, et des petits défauts à avouer. Si cet homme ne sait pas les apprécier, quelqu’un d’autre le saura. Une relation doit être égalitaire ou ne pas être.

Ne pas se perdre dans la relation.

Dans la logique du point précédent, tout est affaire de mesure. Evidemment vivre en couple vous demandera des compromis, tout simplement pour rendre la chose possible. En revanche, rien ne doit remettre en cause ce que vous êtes, fondamentalement. Aimer, c’est accepter l’autre tel qu’il est et ne pas souhaiter le changer, dans sa personnalité, ses valeurs ou même ses goûts. C’est un manque de respect incompatible avec une relation équilibrée.

Etre soi et ne pas mentir

Au moment de la séduction, on a tout intérêt à ne pas « déballer » tout net sa vie, son passé, ses erreurs, ses blessures. On distille petit à petit ce qui donne envie à l’autre de mieux nous connaître, de répondre à sa curiosité. Après les premiers mois de relation, se refuser à révéler certaines choses de son passé, maintenir une distance voire mentir sur la personne qu’on est vraiment risque de mettre en péril l’indispensable complicité, l’intimité naissante d’une relation. Une vraie complicité partagée est une source de satisfaction et d’émotion sans égale, qui mérite que l’on se dévoile sans mensonge ou fausse pudeur.

Prendre sa vie amoureuse en main.

Vous méritez, comme chacune d’entre nous, de trouver le bonheur en amour. Et quoi de plus gratifiant que d’avoir le sentiment de s’être vraiment impliquée pour y parvenir, d’avoir réfléchi, comparé, cherché ce qui vous convenait vraiment. N’hésitez pas à sortir, à vivre, à respirer : votre bonheur vous appartient. Une relation ne doit pas être synonyme de souffrance ou de dépendance mais de bonheur et de bien-être. .